Trouver une voix quaker européenne pour l’époque

English

cropped Q LOGO FINAL - Trouver une voix quaker européenne pour l’époque

Note : article traduit de l’anglais. Auteur : QCEA

Cette année a été dominée par la pandémie de COVID-19. Nous déplorons les importantes pertes de vies humaines qui ont résulté de la pandémie, ainsi que la séparation, la solitude et les autres conséquences qu’elle a entraînées. Le confinement et la distanciation sociale nécessaires pour contrôler la propagation du virus ont des conséquences économiques importantes, forçant des changements radicaux dans les dépenses publiques et aggravant les inégalités économiques et sociales. À quoi ressemblera une Europe post-COVID, comment l’Europe en paiera-t-elle le prix et saisira-t-elle l’occasion de se décarboner au fur et à mesure de sa reprise ?

La pandémie s’est accompagnée d’une prise de conscience croissante du parallèle que constitue le racisme systémique. En effet, à la suite du meurtre de George Floyd, les quakers et la société en général ont pris de plus en plus conscience de ce phénomène. Même si nous subissons les effets du réchauffement climatique et d’une pandémie mondiale, nous voyons les dangers des réponses nationalistes et égoïstes à ces problèmes.

Le document suivant s’inspire :

  • Du discernement par l’Assemblée générale du QCEA entre 2005 et 2009, culminant avec la publication de « Une vision quaker pour l’Europe ». Il s’agissait d’une brochure du QCEA largement diffusée et produite en quatre langues, comprenant des messages clés sur la paix et les droits de l’homme, mais aussi sur la durabilité et la justice économique.
  • De la réponse quaker à la lettre ouverte de la Conférence des églises européennes sur l’avenir de l’Europe, écrite principalement par les membres de l’Assemblée générale du QCEA, et approuvée par l’Assemblée générale en avril 2017 et par la réunion annuelle d’EMES un mois plus tard.
  • Les travaux du sous-comité Économie et durabilité de Quaker Peace and Social Witness et du personnel qui ont conduit au document par QPSW « Principes pour une reprise verte et juste au Royaume-Uni ».

Un chemin vers le renouveau européen – Mars 2021

L’approche quaker de la reconstruction des économies européennes après le COVID-19 a beaucoup en commun avec le plaidoyer que les Amis mènent depuis de nombreuses années. Notre approche est fondée sur la foi et découle de siècles d’expérience dans l’expression de nos valeurs par l’action.

Nous espérons qu’il s’agit d’un « moment Kairos », un moment crucial de vérité, pour l’avenir de l’Europe. Si l’homme et la nature doivent être au centre de notre action, alors les économies européennes doivent être réorganisées et décarbonées. Pendant trop longtemps, les gouvernements ont protégé les banques et les marchés dans l’espoir erroné que ces interventions se répercuteraient sur la société au sens large. 

Une relance verte doit aller au-delà d’un « assouplissement quantitatif » aveugle pour minimiser les difficultés causées par la pandémie et fournir des emplois et des moyens de subsistance de qualité dans des secteurs et des activités qui prennent soin des personnes et de l’environnement. Il est particulièrement important en Europe que la crise économique n’encourage pas davantage le nationalisme et la haine de l’extrême droite. L’Europe ne doit pas manquer ce moment pour faire preuve d’audace et assurer une transition juste vers une économie sans carbone.

  1. Construire une économie durable, qui offre des moyens de subsistance de qualité

Une action urgente pour réduire à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre en Europe est vitale si nous voulons protéger le monde vivant, y compris l’espèce humaine. La rareté de l’eau et l’augmentation constante des phénomènes météorologiques extrêmes touchent déjà de grandes parties du monde, et les projections climatiques pour la fin de ce siècle menacent d’un avenir sombre.

Il est essentiel de continuer à améliorer l’efficacité des ressources, mais cela s’est révélé insuffisant pour réduire les émissions de carbone assez rapidement. Il est nécessaire d’aborder l’aspect « demande » de l’équation, y compris les changements dans le style de vie de nombreux Européens.

Le progrès économique devrait également être mesuré en termes qualitatifs pour garantir que la production de biens et de services permette de lutter contre les inégalités et d’améliorer la vie en Europe et dans le monde, et qu’elle soit conforme aux objectifs de développement durable et à l’accord de Paris sur le changement climatique. La prédominance de la croissance du PIB dans le discours économique contribue à la sur-utilisation des ressources tout en ne permettant pas de lutter contre les inégalités ou d’améliorer la vie des personnes en Europe. Nous pouvons et nous devons définir l’accroissement de la richesse d’une meilleure manière que la croissance du PIB, une mesure qui inclut la production d’armes mais ignore les contributions à la société qui ne sont pas achetées et vendues. 

Les politiques devraient se concentrer sur la préservation et l’amélioration des vies et des moyens de subsistance, plutôt que de chercher à trouver un équilibre entre la protection des vies et la préservation de « l’économie », ce qui a été le cas dans la réponse à la pandémie de COVID-19. Les industries et les pratiques plus écologiques devraient être favorisées. Les secteurs polluants et avides de carbone devraient être autorisés à dépérir, mais par des moyens qui soient socialement justes pour les personnes qu’ils emploient.

Les gouvernements et les institutions européennes devraient soutenir la reconversion et la création d’emplois qui accélèrent la transition vers le « zéro carbone ». Cet investissement serait plusieurs fois amorti, aiderait l’Europe à atteindre ses objectifs de réduction de carbone, développerait la base de compétences et protégerait l’emploi dans une nouvelle économie.

L’Europe risque d’entrer dans une période de chômage élevé, alors même que le renforcement de la transition vers le « zéro carbone » pourrait fournir du travail, par exemple au travers de la rénovation des maisons, la restauration des habitats naturels menée conjointement à l’investissement dans le capital humain par les arts, l’éducation et l’aide sociale. La priorité devrait être donnée à la création de moyens de subsistance décents pour tous.

La crise économique provoquée par le COVID-19 invite l’Europe à repenser ses objectifs en tant que communauté, et à encourager les éléments de l’économie et de la société qui dessinent ce chemin vers le renouveau européen. Nous encourageons les initiatives positives telles que les propositions de la Commission européenne sur la production locale, la promotion des chaînes d’approvisionnement locales et le renforcement de la résilience. Le principe de subsidiarité de l’UE constitue une bonne base pour de futures initiatives de proximité.

  1. Choisir la responsabilité des entreprises et une fiscalité équitable sur la richesse, et non des politiques d’austérité

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence les inégalités économiques et sanitaires qui existent dans les sociétés européennes. Les franges des sociétés européennes qui souffrent le plus de privations sont également davantage menacées en raison des inégalités existantes en matière de santé. Certaines politiques en réponse à la crise ont exacerbé les inégalités, augmentant la disparité des richesses tout en supprimant des emplois.

Une fiscalité équitable et progressive soutient l’économie en réduisant les inégalités et créant des emplois, plutôt qu’en générant des économies excessives. Les fortes émissions de carbone sont liées à l’extrême richesse que représentent les modes de vie de luxe, les voyages en avion et la consommation de viande. De nombreuses interventions nécessaires à une décarbonisation rapide, telles que la rénovation des habitations pour en améliorer l’efficacité énergétique, le renforcement du contrôle communautaire sur l’énergie et l’investissement dans la marche, le vélo et les transports publics, amélioreront également la vie des personnes à faibles revenus.

Le budget de l’UE a été réécrit en réponse au COVID-19, afin de surmonter les différentes perspectives des gouvernements sur la dette commune et les dépenses publiques. Il faut à tout prix éviter de compenser les disparités économiques par la seule austérité économique, car cela conduit à un désastre social et économique, alors que de meilleures politiques alternatives sont manifestement disponibles.

Des exigences contraignantes en matière de responsabilité sociale devraient être imposées aux grandes entreprises qui reçoivent des fonds publics. Le QCEA se félicite que de nombreux pays européens aient interdit aux entreprises basées dans des paradis fiscaux de recevoir un soutien financier. Le soutien aux grandes entreprises devrait également être compatible avec la nécessité pour l’Europe de réduire rapidement à zéro les émissions de gaz à effet de serre.

Les employés devraient toujours être soutenus, les industries polluantes comme le pétrole et le gaz et l’aviation ne doivent pas être renflouées sans un plan clair et contraignant pour mettre fin à leurs activités à forte intensité de carbone. La fabrication et le commerce européen des armes rendent le monde plus dangereux, alimentant les conflits et sapant la sécurité européenne. Nous pouvons faire mieux que cela.

  1. La solidarité au sein et au-delà de l’Europe

Nous célébrons les réalisations de l’UE sur plusieurs décennies. Parmi ses réalisations réelles, elle a fait preuve de solidarité avec les États membres qui, partant d’une base économique plus faible, ont fourni des ressources aux pays candidats à l’adhésion, contribuant ainsi à améliorer le niveau de vie de millions de personnes et, ce faisant, à jeter de meilleures bases pour un sentiment d’objectif et d’identité communs.

Compte tenu de la crise économique colossale à laquelle l’Europe et le monde sont confrontés, nous appelons les gouvernements à faire preuve de solidarité les uns envers les autres et au-delà. Le QCEA se félicite des propositions de relance élaborées par la Commission européenne, tant en termes d’ampleur que de ciblage.

Là où les économies vacillent, les dépenses collectives et étatiques sont responsables et doivent être encouragées de manière vigoureuse et judicieuse. Elles doivent être mises en commun afin que les pays les plus pauvres ne souffrent pas comme ils l’ont fait après 2008. L’Europe doit mettre en œuvre un allègement de la dette pour les pays les moins bien lotis du monde, et écouter leurs appels à la justice commerciale et aux réparations. L’annulation de la dette est d’autant plus nécessaire dans un monde changé où chacun sera coresponsable de la facture du coronavirus – les coûts de la reprise économique devraient être supportés par ceux qui peuvent le mieux se le permettre.

4.  Les droits de l’homme au centre de l’Europe post-COVID

Nous sommes reconnaissants du rôle essentiel que le Conseil de l’Europe, l’Union européenne et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe ont joué dans la protection des droits de l’homme, la promotion de la sécurité humaine et la réduction des discours politiques haineux pendant une grande partie de leur histoire.

La Convention européenne des droits de l’homme, la Cour européenne des droits de l’homme et la Charte des droits fondamentaux sont autant de jalons pour l’Europe. Cependant, COVID-19 a été une couverture pour le recul de la démocratie et des droits de l’homme dans plusieurs pays européens.

Nous avons été informés de l’impact inégal de la pandémie, qui renforce les schémas d’inégalité et de privilège. Mais nous avons également entendu des exemples de solidarité, de l’entrelacement complexe de gratitude et d’angoisse que peut provoquer l’expérience de l’isolement.

Nous avons entendu parler des violations des droits des réfugiés, des droits LGBTI, de la liberté des médias et des mauvaises conditions de vie de nombreux travailleurs agricoles.

Pendant la pandémie, la vie de travailleurs clés (conducteurs de bus, employés de supermarchés, etc.) a reçu une nouvelle reconnaissance publique. Mais pour beaucoup, cette reconnaissance n’a pas protégé leur vie. Beaucoup de ceux qui vivent en marge de la société envisagent et travaillent depuis longtemps à la construction d’un monde où la paix, la justice et l’égalité ont un sens réel pour tous, que ce soit en temps de crise ou non. L’Europe doit s’attaquer aux raisons structurelles de la marginalisation et faire des droits de l’homme une réalité pour tous.

  1. La reprise doit construire la paix

Le QCEA célèbre le succès du projet de paix que représente l’UE. Il s’agit, du moins en partie, d’une manifestation de l’appel lancé depuis longtemps par les quakers pour « éliminer toute occasion de guerre ». Le QCEA appelle l’UE à maintenir l’accent de ses politiques intérieure et extérieure sur des approches non militaires et non-violentes, et s’inquiète de la facilité avec laquelle l’UE commence à adopter des missions militaires de « formation et d’équipement », de militarisation des frontières et de soutien à l’industrie de l’armement.

À cette fin, nous appelons à des approches durables, financées de manière appropriée et sensibles aux conflits pour les politiques concernant tous les pays à l’intérieur ou à l’extérieur des frontières de l’Europe. En tant que membre du Bureau européen de liaison pour la consolidation de la paix et du Réseau des droits de l’homme et de la démocratie à Bruxelles, nous appelons à une sécurité fondée sur la justice, la coopération et la durabilité.

La pandémie a montré les faiblesses des gouvernements européens qui se sont concentrés sur la dissuasion militaire en matière de politique de sécurité, et l’attention limitée accordée aux risques qui découlent des problèmes sous-jacents à long terme de l’inégalité économique et du changement climatique.

En raison de notre compréhension et de notre engagement en faveur de la non-violence, les quakers renoncent à la violence et à la force militaire. Ainsi, nous avons été libres d’explorer d’autres façons de traiter les conflits et les crises et de développer des méthodes de transformation des conflits qui soutiennent notre témoignage de paix. La paix est un processus qui implique tout l’éventail des secteurs économiques et des ministères, allant de l’environnement à la culture.

Nous mettons en garde contre les effets négatifs insidieux de l’utilisation du langage de guerre par de nombreux gouvernements européens pour résumer les efforts de contrôle de l’épidémie. Il est insensible à ceux qui souffrent réellement de la violence de la guerre, comme les populations du Yémen, de Syrie et d’ Afghanistan. En faisant référence à « l’ennemi invisible », on constate une augmentation de l’anxiété en général, et la peur de « l’autre » est involontairement encouragée.

La réponse à la pandémie et le témoignage permanent du mouvement Black Lives Matter offrent l’occasion de réfléchir de manière critique aux systèmes éducatifs européens et les valeurs qu’ils inculquent. Le QCEA travaille actuellement avec le Quaker Peace and Social Witness sur un projet commun d’éducation à la paix. Grâce à la longue expérience des quakers, nous savons que l’éducation à la paix, qui met l’accent sur les relations et la pensée critique, peut faire partie du processus de reconstruction. La politique européenne doit être mise en œuvre dans un cadre inclusif et en tenant compte de la dimension de genre, en s’attaquant aux formes d’inégalité et d’exclusion de longue date.

Conclusion

En tant que communauté fondée sur la foi ayant une longue histoire et des valeurs claires qui sont également partagées par de nombreuses autres personnes, nous sommes bien placés pour apporter une perspective à long terme, fondée sur des valeurs, et pour articuler les liens entre les questions, deux composantes importantes en temps de crise.

Nous sommes obligés de dénoncer les faux dieux du marché, la richesse aux dépens de l’exploitation des autres et des ressources de la terre, et la sécurité par la puissance militaire. Nous défions les faux dieux et ceux qui nous appellent à les vénérer. Nous devons résister, courageusement si nécessaire, aux puissances qui opprimeraient nos semblables, même si cela nous coûte cher.

Avant le coronavirus, nous appelions à un monde transformé. Par exemple, nous avons été préoccupés par les propositions budgétaires de l’UE qui comprenaient la titrisation de la politique d’asile, le financement opaque du complexe militaro-industriel, et beaucoup de ces dispositions sont toujours présentes. C’est maintenant, pendant et après l’épidémie, que nous avons la chance et la responsabilité de mettre les choses sur une meilleure voie, car la reprise après la pandémie est l’occasion de redresser la situation. C’est l’occasion de construire une meilleure économie et une meilleure société, et nous, en tant que quakers, en tant que QCEA, ne devons pas laisser passer cette occasion.

Contexte du QCEA et de la durabilité

Les quakers sont depuis longtemps les témoins de la nécessité de protéger la terre, exprimée dans la vie d’Amis qui ont vécu il y a longtemps, comme John Woolman. Au cours de la dernière décennie, la nécessité de la durabilité et de la justice climatique a été le message central des deux rassemblements mondiaux des Amis.

En 2016, le rapport d’organisation du QCEA a révélé que nous avions la capacité de mener à bien deux programmes, et l’Assemblée générale a estimé qu’au niveau européen, le QCEA était le mieux placé pour œuvrer à décourager les évolutions négatives dans les domaines de la paix et des droits de l’homme, avec l’espoir qu’un troisième programme sur la durabilité puisse être possible à l’avenir.

En 2019, le plan stratégique révisé du QCEA a demandé à nos deux programmes d’intégrer la justice climatique dans leurs travaux, reconnaissant ainsi cette préoccupation croissante des Amis. Le personnel et les membres du comité exécutif ont élaboré une proposition de projet et ont trouvé des fonds supplémentaires pour aider le QCEA à y parvenir, et un projet de dialogue et de plaidoyer sur le climat et la paix tiendra son premier événement au début de 2021.